Paris Art Passion

Paris Art Passion

IN AND OUT MY STUDIO LIFE

Claude Viallat chez Daniel Templon.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Claude Viallat chez Daniel Templon.

CLAUDE VIALLAT

Les années 80

4 juin-23 juillet 2016

galerie Daniel Templon

30 rue Beaubourg

75003 Paris

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

à l'occasion de son 50ème anniversaire et pour marquer la dixième exposition personnelle de Claude Viallat dans ses espaces, la galerie Templon présente un ensemble historique inédit de cette figure majeure de l'art français.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Les années 80 marquent le temps de la reconnaissance pour Claude Viallat: après les années fondatrices de supports/surfaces, l'artiste s'émancipe et développe une oeuvre picturale originale qui sera exposée dés 1982 au centre Pompidou et en 1988 au pavillon français de la biennale de Venise.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Tout en restant fidèle au programme qu'il avait mis en place dés 1970-s'affranchir des contraintes de composition et de représentation, désacraliser la toile libérée de son châssis-l'artiste développe une plus nourrie, expérimentant davantage avec la couleur et les textures.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Admirateur de la peinture vénitienne, de Matisse et de Pollock, il applique des couleurs épaissies sur des oriflammes, des rideaux, des fragments de tentes et de parasols.

J'ai quitté Supports/surfaces et je suis plutôt dans Peinture/Peinture affirme l'artiste , qui, d'après les expérimentations et la fluidité des années 1970, se dit "déculpabilisé"dans son rapport au support.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

A partir de la forme abstraite, toujours identique, qu'il répète depuis cinquante ans, dans une démarche continue où le support est déterminant , 'chaque peinture est pourtant singulière'.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Le travail de Claude Viallat est aujourd'hui incontournable et son approche revêt une actualité toute particulière au vu du développement de la jeune scène américaine qui retravaille son héritage (pauvreté du matériau, répétition, exploitation de l'erreur, réflexion, sur la surface) mais aussi de la revalorisation du vernaculaire et des pratiques artisanales dans la création contemporaine internationale.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

Son oeuvre est présente dans de nombreuses collections publiques dont celle du musée national d'art moderne de la ville de Paris, du Mnan-Centre Pompidou, du Moma, le musée Fabre à Montpellier lui a consacré une rétrospective à l'été 2014.

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon
©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

©claudeviallat-courtesy galerie Daniel Templon

nb: source wikipédia.

Claude Viallat a étudié à l'École des beaux-arts de Montpellier de 1955 à 1959, puis à l'École des beaux-arts de Paris en 1962-1963, dans l'atelier de Raymond Legueult.

Depuis 1966, il adopte un procédé de peinture à base d'empreintes posées sur toiles libres, sans châssis, qui l'inscrit dans une critique radicale de l'abstraction lyrique et géométrique (dans la technique dite All-over). Cette forme neutre répétée ainsi indéfiniment a engendré un travail sur la couleur unique en son genre. La couleur devenant à la fois l'objet et le sujet central de l'œuvre de Claude Viallat.

En 1969, il est un des membres fondateurs du groupe Supports/Surfaces.

Dans ses œuvres récentes, Claude Viallat est revenu à des surfaces planes rectangulaires ou carrées, privilégiant un déchaînement, des éléments constitutifs internes, mettant toujours plus l'accent sur les rapports de densité, d'intensité, de brillance entre les surfaces colorées. Outre le succès grandissant de ses expositions tant en France (au Centre Pompidou en 1982) qu'à l'étranger (Biennale de Venise en 1988), l'artiste a consacré une bonne partie de sa vie à l'enseignement dans les écoles d'art suivantes: Nice, Limoges, Marseille, Nîmes (où il a été directeur de longues années), enfin Paris à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris. Désormais à la retraite il continue ses recherches exploratoires.

Des références multiples se trouvent revendiquées par l'artiste: Henri Matisse1 et Picasso mais aussi Simon Hantaï et les américains Jackson Pollock, Sam Francis, Jules Olitski, Morris Louis ou Kenneth Noland. Elles servent à construire une œuvre polymorphe qui intègre également la pratique du dessin figuratif sur le thème de la tauromachie.

Claude Viallat chez Daniel Templon.

chris

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Françoise 15/06/2016 23:21

Une très belle decouverte pour moi de cet artiste et de son travail que je trouve magnifique et hors du commun. Merci à toi Chris.